18 octobre 2017

Du feu de l'enfer (Sire Cédric)

Résumé :
Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et sœur. Un jour, l'une des combines d'Ariel tourne mal et Manon se retrouve complice malgré elle. Lorsque les assassinats les plus sordides s'accumulent autour d'eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte satanique, le capitaine Raynal s’intéresse à leur cas.
Commence alors une traque qui brouillera les limites entre alliés et prédateurs et mettra à l’épreuve les liens du sang.

Mon avis :
Ce bouquin mais j'avais une envie furieuse de le lire. J'ai craqué et fini par l'acheter alors que je devais freiner. Tout ça pour le laisser pourrir des mois dans ma PAL.
Il en est enfin sorti et vraiment, pour mon plus grand bonheur.

Manon et Ariel sont frère et sœur. L'un est un minable petit délinquant sans couilles ni envergure, l'autre pas.
Ils sont en froid depuis pas mal de temps, Manon en ayant eu marre de toujours sauver les miches de son frère, de rattraper ses coups tordus etc. Depuis leur plus tendre enfance c'est comme ça. Alors stop.
Stop ? Pas vraiment.
Manon se retrouve au pied du mur, à devoir héberger son frère malgré elle et son envie de ne plus le voir.

C'est au petit matin que les emmerdent commencent. Et vraiment.
Ariel a une bande de fous à ses trousses. Disons qu'il a volé la voiture aux mauvaises personnes, et que ce ne sont pas des petits rigolos.
Il embarque dans sa galère sa sœur. Elle qui se plaignait de la platitude de sa vie.

S'en suit un véritable bain de sang. Là où les Virgo passent, la mort est là, qui rode, qui détruit.
Du sang, de la violence à chaque page (ou presque).
Comment se sortir de là ? D'un coté il y a la secte, et de l'autre les flics. Et quand on est un petit voleur de bagnoles, mieux vaut ne pas se retrouver seul au milieu.

Comment vous dire à quel point j'ai pris un pied d'enfer.
C’était une lecture fabuleuse. J'ai eu des hauts le cœur à tout bout de champ, c’était abominable.
Tous ces boyaux, ces tortures, cette violence. Toute la folie. L'enfer, la secte.
Abominable.
L’écriture de Sire Cédric fait toujours mouche, j'ai lu l'histoire de Manon et Ariel sans m'en rendre compte, incapable de lâcher mon livre. J'ai été happée par l'horreur des sacrifices dès la première page.
C’était aussi horrible que bon.
Je commence à devenir sérieusement et furieusement fan de Sire Cédric.

14 octobre 2017

Et ne jamais la laisser partir (Ann Rule)

Résumé :
En juin 1996, à Wilmington, dans le Delaware, une jeune femme disparaît inexplicablement.
Proche collaboratrice du gouverneur de l'Etat, fiancée à un homme qui l'aimait, très entourée par sa famille et ses amis, Anne-Mari n'avait apparemment aucune raison de fuir. Enquêteurs et hommes de loi vont fouiller sa vie en tous sens avant d’établir les raisons et les circonstances de sa mort.

Mon avis :
Il est facile de connaitre la vérité au sujet d'Annie. C'est une histoire vraie, on demande à Google et on a toutes les infos possibles.
Anne-Marie a eu la malchance d’être une innocente jeune femme. Elle a été attirée par un homme marié, qui avait à peu près 20 ans de plus qu'elle. Inexpérimentée, elle était facile à manipuler.
Elle a juste commis l'erreur de tomber amoureuse du mauvais.

Ann Rule reprend toute l'histoire du début. Elle s’intéresse à la vie de toutes les personnes qui ont gravité autour d'Annie. L'enfance, les études, les fréquentations, le caractère. Absolument tout. Les enquêteurs se retrouvent obligés de fouiller la moindre parcelle de la vie privée d'Annie.
Annie est entourée mais finalement peu de gens proches connaissent tout d'elle.

Comme toujours, Ann Rule s’intéresse à un cas très particulier.
Pourquoi une jeune femme sans histoire, qui réussit sa vie privée et sa vie pro, qui est appréciée, disparaît comme ça ? Qui pourrait bien lui vouloir du mal ?
Cette affaire est passionnante. La personnalité de Tom, celle d'Annie.
Toute l'histoire est flippante. Le pouvoir mène à tout. Même à s'imaginer à l'abri.

Les débuts sont assez lourds. Anne Rule nous raconte la vie de tout le monde en détail et se farcir tout ça n'est pas forcement hyper palpitant. Mais une fois cette partie passée, on est happé par cette histoire terriblement cruelle. Le coté réel de l'histoire apporte une petite touche d'angoisse supplémentaire.
Ce roman est totalement fascinant.

8 octobre 2017

Les lieux sombres (Gillian Flynn)

Résumé :
Début des années 1980. Libby Day a sept ans lorsque sa mère et ses deux soeurs sont assassinées dans leur ferme familiale. Rescapée par miracle, la petite fille désigne le meurtrier à la police, son frère Ben, âgé de quinze ans. Ce fait divers émeut tout le pays, et la jeune Libby devient un symbole de l'innocence bafouée.
Vingt-cinq ans plus tard, alors que son frère est toujours derrière les barreaux, Libby, qui ne s'est jamais remise du drame, souffre de dépression chronique. Encouragée par une association d'un type très particulier, elle accepte de revisiter pour la première fois les lieux sombres de son passé. C'est là, dans un Middle West désolé, dévasé par la crise économique et sociale, qu'une vérité inimaginable commence à émerger. Et Libby n'aura pas d'autre choix, pour se reconstruire, et peut-être enfin recommencer à vivre, que de faire toute la lumière sur l'affaire, quelles qu'en soient les conséquences.

Mon avis :
J'adore Gillian Flynn. Mais vraiment. Elle a un tel talent. Pour raconter des histoires, les inventer, nous balancer un dénouement de dingue.
J'aime sa plume, sa façon d'écrire addictive.
Quoi de plus terrible que de voir sa famille se faire massacrer ? Libby est la seule survivante, mais son frère est le coupable. Comment se relever d'un cauchemar pareil ?
Libby ne s'en est pas remise. La dépression, les comportements à risques sont son quotidien depuis plus de 20 ans. Elle est seule, elle n'a plus personne et a toujours refusé d'aller voir son frère en prison.
Depuis, elle essaie de vivre, sans penser à cette nuit-là. Sans penser à son frère. Elle vit loin de sa ferme d'enfance, elle a renoncé à tout ça.

Sauf qu'un jour, une espèce de club entre dans sa vie. Vous savez, le genre d'asso d'aide aux prisonniers enfermés à tort, qui tentent par tous les moyens de prouver qu'il y a erreur judiciaire.
Alors évidemment ce club est  majoritairement féminin hein, Ben a énormément de succès. Il y a un homme dans le lot, un certain Lyle, qui s'occupe d'approcher Libby. Pour la convaincre. Qu'elle s'est plantée, qu'il faut qu'elle répare ses erreurs.

A contre coeur, Libby est de retour chez elle, dans sa ville, dans son passé.
Avec l'aide de Lyle, elle va partir sur les traces des témoins de l'époque, de l'entourage de Ben. Pour tenter de découvrir la vérité, savoir si elle a bien vu ce qu'elle a dit avoir vu. Comment retrouver son frère, et lui pardonner ?

De découvertes en découvertes, Libby va recevoir en pleine figure une réalité encore plus horrible. 

J'ai adoré, comme toujours. Tout. L'histoire de départ, totalement horrible. La famille Day complètement massacrée. Le Club de nanas qui sont persuadées de l'innocence de Ben juste parce qu'il est trop charmant. L'alternance des chapitres présent/jour du drame.
Gillian Flynn nous offre un roman époustouflant, fabuleux.

1 octobre 2017

Carnaval (Ray Celestin)

Résumé :
En 1919, un tueur en série s'attaque aux habitants de La Nouvelle-Orléans en laissant sur les lieux de ses crimes des cartes de tarot. La panique gagne peu à peu, on évoque le vaudou, les rivalités ethnique sont exacerbées. Un policier, Michael Talbot, un journaliste, John Riley, une jeune secrétaire de l'agence Pinkerton, Ida, et un ancien policier tout juste sorti de prison, Luca d'Andrea, vont tenter de résoudre l'affaire. Mais eux aussi ont leurs secrets...
Alors qu'un ouragan s'approche de la ville, le tueur, toujours aussi insaisissable, continue à sévir. Le chaos est proche.

Mon avis :
J'avais mais tellement tellement hâte de lire ce polar.
Epoque à peu près contemporaine, le racisme, le blues, le jazz. La musique partout dans la ville. Au top.
Ajoutons à cela un tueur en série plutôt assez dingue et degueu, et on a tout bon.
J'ai adoré la construction du roman. Chaque chapitre concerne un des protagoniste (Michael, puis John, etc). Ça parle du présent ou du passé pour comprendre un peu mieux l'histoire. Au début c'est un peu difficile à suivre mais on s'y fait.
Les meurtres sont assez atroces. Du sang partout, des murs souillés. Les noirs accusent les italiens, les italiens accusent les noirs... Enfin personne ne voit quel tordu peut bien faire un truc pareil.

Et puis on découvre un peu plus les personnages aussi au fil de l'histoire. Comment en sont-ils arrivés là, quels secrets cachent-ils, etc. C’était très intéressant, surtout en ce qui concerne Luca, l'ex flic sorti tout juste de prison.

L'histoire est captivante et instructive. J'ai adoré découvrir l'histoire de La Nouvelle-Orléans, son histoire musicale. Vous saviez que c’était inspiré d'un fait divers réel ?
Même si le roman s’essouffle un peu par moment, j'ai tout de même passé un agréable moment avec ces gens.